Dans toutes les religions précédant la foi baha’ie, le jeûne est un acte spirituel très important. Pour le Judaïsme c’est La fête du Grand Pardon, le Youm Kippour entre autres, pour les Chrétiens c’est Carême et dans l’Islam c’est le Ramadan.

Le jeûne bahà’i est d’une toute autre nature et sa spiritualité transcendante est révélée par Bahà’u’llàh :Retour ligne automatique
XV. Voici les jours de jeûne. Heureux qui, par la chaleur que produit le jeûne, accroit son amour et se lève, joyeux et rayonnant, pour accomplir des actes nobles. En vérité, il guide qui il veut vers le droit sentier.

XVI. Extérieurement le jeûne peut paraître difficile et pénible, mais intérieurement c’est bénédiction et paix. Les seules pratiques de purification justifiées sont les exercices rigoureux qui sont en accord avec le livre de Dieu et sont sanctionnés par sa loi divine, et non ceux que les égarés infligent aux gens. Tout ce que Dieu révèle est aimé de l’âme. Nous le supplions de nous aider généreusement à faire ce qui lui est plaisant et acceptable.Retour ligne automatique
Retour ligne automatique
XVII. En vérité, je vous le dis ! Jeûner est le remède suprême et le meilleur des soins pour la maladie du moi et de la passion.

Abdu’l-Bahà dit :Retour ligne automatique
Le jeûne est un symbole. Jeûner signifie s’abstenir de tout désir. Le jeûne physique est le symbole de cette abstinence, c’est un appel ; tandis que l’on réfrène l’appétit physique, il faut s’abstenir des convoitises personnelles et des désirs égoïstes. Mais se passer uniquement de nourriture n’a aucun effet sur l’esprit. C’est uniquement un symbole, un appel. Autrement, cela n’a aucune importance. Jeûner pour atteindre le détachement ne signifie pas s’abstenir uniquement de nourriture. La règle d’or est : ni trop ni peu. La modération est nécessaire. Il existe une secte aux Indes dont les membres pratiquent l’abstinence à l’extrême, réduisant graduellement leur nourriture jusqu’à pouvoir s’en passer presque complètement. Mais leur intelligence en souffre. Un homme n’est pas capable de servir Dieu efficacement, tant matériellement que spirituellement, s’il est affaibli par le manque de nourriture. Il ne possède pas toute sa lucidité.Retour ligne automatique
Bienheureux que vous êtes d’avoir obéi au commandement de Dieu et observé ce jeûne pendant la période sacrée, car ce jeûne matériel est un signe extérieur du jeûne spirituel, un symbole de retenue, d’abstention de tous les désirs du moi qui acquiert ainsi les caractéristiques de l’esprit, est emporté par les brises célestes, et brûle de l’amour divin.

Le mois du jeûne débute à la fin des jours intercalaires, pendant 19 jours et se termine par la célébration de Naw-ruz

LA PRIÈRE DU JEÛNEURRetour ligne automatique
Louange à toi, Ô Seigneur mon Dieu ! Je te supplie, par cette révélation qui a changé les ténèbres en lumière et par laquelle a été édifié le Temple assidûment fréquenté, par laquelle la Tablette écrite a été révélée et le Rouleau de parchemin fut étendu et dévoilé, je Te supplie de faire descendre sur moi et sur mes compagnons, ce qui nous permettra de prendre notre essor vers les cieux de ta gloire transcendante, et nous purifiera de la souillure des doutes qui ont empêché les êtres méfiants d’entrer dans le tabernacle de ton unité. Je suis, Ô mon Seigneur, celui qui s’est tenu fermement à la corde de ta tendre bonté et qui a saisi le pan du vêtement de la miséricorde et de tes faveurs. Accorde-moi, ainsi qu’à ceux qui me sont chers, les bienfaits de ce monde et de l’autre. Confère-leur le don secret que Tu as destiné à tes élus parmi tes créatures. Voici, Ô mon Seigneur, les jours durant lesquels Tu as enjoint à tes serviteurs d’observer le jeûne. Béni est celui qui jeûne uniquement par amour pour Toi et dans un détachement absolu de tout ce qui n’est pas Toi. Aide-les, Ô mon Seigneur à T’obéir et à garder tes préceptes. Tu as, en vérité. le pouvoir d’agir comme il Te plaît. Il n’est pas d’autre Dieu que Toi, l’Omniscient, l’Infiniment Sage. Toutes louanges soient à Dieu, le Seigneur de tous les mondes. ( Bahà’u’llàh )

PRIÈRE CONSEILLEE PAR ‘ABDU’L-BAHÀRetour ligne automatique
O mon Dieu ! Alors que je réfrène les appétits du corps et m’abstiens de manger et de boire, même ainsi, purifie et sanctifie mon coeur et ma vie de tout sauf de ton amour, protège et préserve mon âme des passions égoïstes et des pulsions animales. Aussi, fais que l’esprit s’imprègne des fragrances de sainteté et s’abstienne de tout ce qui n’est pas la mention de Toi !

PRIÈRE DE BAHÀ’U’LLÀH POUR CEUX QUI JEÛNENT Retour ligne automatique
O Dieu de miséricorde, toi de qui la puissance pénètre toutes choses créées, tu vois tes serviteurs, tes esclaves, observer durant le jour, selon le bon plaisir de ta volonté, le jeûne que tu leur as prescrit, et se lever dès l’aurore pour prononcer ton Nom et célébrer ta louange, dans l’espoir qu’ils obtiendront ainsi leur part des bonnes choses amassées dans les coffres de ta grâce et de ta bonté. Je te supplie. ô toi qui tiens dans tes bras les rênes de toute la création, et sous ta domination le royaume tout entier de tes noms et de tes attributs, je te supplie de ne pas priver, en ce jour, tes serviteurs des bienfaisantes averses qui pleuvent des nuages de ta miséricorde et de ne pas les empêcher d’avoir leur part de l’océan de ton bon plaisir.

Tous les atomes de la terre portent témoignage, ô mon Seigneur, de la grandeur de ta puissance et de ta souveraineté, et tous les signes de l’univers attestent la gloire de ta majesté et de ta puissance. Sois donc compatissant, O toi qui es le souverain Seigneur de tous, le Roi des jours qui n’ont point de fin, le Maître de toutes les nations, aie pitié de tes serviteurs qui tiennent fermement la corde de tes commandements et qui s’inclinent devant les révélations de tes lois, envoyées du ciel de ta volonté. Tu vois, ô mon, Seigneur, comme leurs yeux sont levés vers le ciel de ta bonté, comme leurs coeurs reposent sur l’océan de tes bienfaits, comme leurs voix s’effacent aux doux accents de ta voix qui les appelle des hauteurs de ta sublime condition, en ton nom, le très glorieux. Assiste, ô mon Seigneur, tes bien-aimés qui, pour obtenir les choses que tu possèdes, ont tout abandonné de ce qu’ils possédaient et qui, pour avoir ainsi renoncé au monde et mis dans ton royaume de gloire toutes leurs affections, sont accablés d’épreuves et de tribulations. Protège-les, je t’en supplie, ô mon Seigneur, contre les assauts que leur livrent leurs passions mauvaises et leurs désirs corrompus, et aide-les à obtenir les choses qui leur seront profitables en ce monde et dans l’autre. Je te prie, ô mon Seigneur, par ton nom caché, ton nom précieux qui, dans le royaume de la création, appelle à grands cris tous les peuples pour les rassembler au séjour de gloire transcendante, sous l’arbre au-delà duquel il n’est point de passage, de faire pleuvoir sur nous et sur tes serviteurs les pluies torrentielles de ta miséricorde, afin qu’elles nous purifient du souvenir de tout ce qui n’est pas toi, et nous fassent toucher aux rivages de l’océan de ta grâce. Ordonne, ô Seigneur, de ta plume sublime, ce qui immortalisera nos âmes dans le séjour de gloire, perpétuera nos noms dans ton royaume, et abritera nos vies dans les trésors de ta protection, et nos corps dans la forteresse de ta retraite inviolable. Ton pouvoir s’étend sur toutes choses, tant passées que futures. Il n’y a d’autre Dieu que toi, le Protecteur omnipotent, l’Etre subsistant par lui-même.

Tu vois, ô Seigneur, nos mains suppliantes tendues vers le ciel de ta faveur et de ta bonté. Emplis-les des trésors de ta munificence et de ta généreuse faveur. Pardonne-nous, par-donne à nos pères et à nos mères, et accorde-nous ce que nous avons désiré de l’océan de ta grâce et de ta divine générosité. Agrée, ô Bien-aimé de nos cœurs, toutes les œuvres que nous avons accomplies dans ton chemin. Tu es, en vérité, le très puissant. le très Sublime, l’incomparable, l’Unique, le Clément, le Bienveillant.