Ascension de Baha’u’llah

Classé dans : Les jours saints | 0

« Le Soleil de Vérité, cette sublime lumière, s’est couché à l’horizon du monde pour se lever, dans son immortelle splendeur, au-dessus de l’infini royaume; dans son Livre le plus saint, il appelle les plus constants de ses amis: « Ne soyez pas effrayés , O peuples du monde, lorsqu’aura disparu l’étoile du matin de ma beauté et que le ciel de mon tabernacle sera dissimulé à votre regard. Levez-vous pour servir ma Cause et exalter ma parole parmi les hommes. »

Le 8 mai 1892, à Bahji, Baha’u’llah fut pris de fièvre mais n’en parla à personne. Dans les jours qui suivirent, il reçu quelques visites de croyants. Le mercredi il n’y eut plus la possibilité aux croyants de Lui rendre visite; personne ne put entrer et une atmosphère de tristesse et de lourd chagrin régnait sur ces amoureux éprouvés. La situation resta pendant quelques jours sans changement.

Le 9ème jour, Abdu’l-Baha quitta Baha’u’llah et vint à la Maison des Pèlerins. Il leur adressa à tous les salutations de Baha’u’llah et leur dit qu’il avait déclaré : « Tous les Amis doivent rester patients et fermes, et se lever pour la promotion de la Cause de Dieu. Ils ne devraient pas être perturbés car Je serai toujours avec eux, je me souviendrai d’eux et prendrai soin d’eux ! ».

Ces paroles poignantes indiquaient que la fin de la vie terrestre de Baha’u’llah approchait à grands pas. Les Amis furent alors dans un tel trouble et consternation qu’ils n’aspiraient qu’à la mort ( … ).

Dans les jours qui suivirent Abdu’l-Baha se rendit à Saint-Jean-d’Acre, visita chaque famille baha’ie et transmit à chacun un message d’amour de la part de Baha’u’llah.

Dans l’après-midi du dimanche 23 mai, tous les Amis présents dans le Manoir, y compris les pèlerins et résidents baha’is, furent invités à venir en présence de Baha’u’llah. En pleurs et frappés de chagrin, ils furent admis à voir Baha’u’llah, qui était soutenu, sur le lit, par l’un de ses fils.

Dans les jours qui suivirent Abdu’l-Baha se rendit à Saint-Jean-d’Acre, visita chaque famille baha’ie et transmit à chacun un message d’amour de la part de Baha’u’llah. Dans l’après-midi du dimanche 23 mai, tous les Amis présents dans le Manoir, y compris les pèlerins et résidents baha’is, furent invités à venir en présence de Baha’u’llah. En pleurs et frappés de chagrin, ils furent admis à voir Baha’u’llah, qui était soutenu, sur le lit, par l’un de ses fils.

Il s’adressa à eux avec gentillesse et affection et leur dit :
« Je suis très content de vous tous ; vous avez rendu beaucoup de services et étiez très assidus dans votre travail. Vous avez été ici chaque matin et chaque soir. Puisse Dieu vous aider à rester unis. Puisse-t-Il vous aider à exalter la Cause du Seigneur de l’Existence ! ».

Ce fut la dernière audience qu’Il nous octroya.

Le 29 Mai 1892, 21 jours après avoir contracté la maladie (…), alors que les symptômes de la fièvre avaient totalement disparus, Baha’u’llah quitta ce monde terrestre.

Un grand nombre de personnes endeuillées, de toutes origines et classes partagèrent pendant une semaine entière, la douleur de la famille.
Deux jours après l’Ascension de Baha’u’llah des érudits et hommes de lettres, de toute confession, shiites, sunnites, druzes, chrétiens, juifs,musulmans et chrétiens, envoyèrent des télégrammes et poèmes exprimant leurs condoléances à Abdu’l-Baha. Des fonctionnaires venaient témoigner leur respect. Des hommages arrivaient de Damas, Alep, Beyrouth et du Caire…

Tombeau de Baha’u’llah à Bahji