Les Baha’is de Chambéry

Categories

Accueil > Le Martyre du Báb

30 juin 2016
Baha’i Chambéry

Le Martyre du Báb

Ce jour est un Jour Saint férié pour l’ensemble des bahá’ís du monde entier.
Les bahá’ís commémorent le Martyre du Báb

Dans la mesure du possible, chaque croyant est invité à cesser le travail en ce jour, en l’honneur de la commémoration du Martyre du Báb, héraut et précurseur de la foi bahá’íe qui a eu lieu en Perse en juillet 1850.

Cette commémoration est ouverte à tous, bahá’í ou non.

Chaque communauté bahá’íe célèbre cette commémoration vers 13h (en France) en organisant des rassemblements chez des particuliers ou dans les Centres bahá’ís. Au programme : prières, textes saints, musique et très souvent une évocation de la vie du Báb et de ses derniers instants terrestres.

Le Báb est considéré par les bahá’ís comme un Messager de Dieu et comme ayant été le prédécesseur de Bahá’u’lláh.

Résumé de la vie du Báb :

Siyyíd ‘Ali-Muhammad, né en 1819 à Shiráz en Perse, possédait dès l’enfance une sagesse et une finesse surprenantes. A l’âge adulte, il rejoignit son oncle dans le négoce familial. Son intégrité et sa piété lui valurent l’estime des autres marchands avec lesquels il entrait en contact. Il était connu également pour sa générosité envers les pauvres.

Partie supérieure de la maison ou le Bab déclara sa mission

C’est ainsi qu’en mai 1844, Siyyid ‘ Ali- Muhammad, annonça sa mission dans sa ville natale à un de ces croyants en recherche.
Il prit alors le titre de Báb, mot qui signifie en arabe, « Porte ».

La foi bábíe se répandit très rapidement dans le pays, ce qui amena instantanément le gouvernement et le clergé de Perse à s’associer pour commettre de cruels méfaits envers les premiers croyants du Báb. Les historiens estiment à environ 20 000 le nombre des victimes de ces persécutions.

Sous la pression du clergé, le gouvernement donna finalement l’ordre de conduire Le Báb dans la caserne de Tabriz, en Perse, convaincus de stopper ainsi l’expansion de cette toute jeune foi.

Ce jour de juillet 1850, à midi, environ 10 000 personnes s’étaient massées sur les toits des bâtiments et des maisons autour de la cour de la caserne. Le Báb et un jeune disciple étaient suspendus par deux cordes contre un mur. Un régiment d’environ 750 soldats arméniens chrétiens, disposés en trois rangées de 250 hommes chacune, ouvrit le feu à trois reprises. La fusillade était si dense, rapportent des occidentaux présents, que le ciel était noir et la cour plongée dans l’obscurité.

Comme en témoignent les archives du Ministère des Affaires Etrangères britannique, lorsque la fumée fut dissipée, le Báb avait disparu. Son compagnon se tenait là debout, indemne, épargné par les balles. Les cordes auxquelles ils avaient tous deux été attachés n’étaient plus que des lambeaux.

Le Báb fut retrouvé dans sa cellule, donnant des instructions à l’un de ses secrétaires. Au lever du jour, lorsque les gardes étaient venus le chercher pour l’exécution, il leur avait dit qu’aucune "puissance terrestre" ne pourrait le réduire au silence avant qu’il n’ait dit ce qu’il avait à dire.

Lorsque les gardes revinrent le chercher, il leur annonça calmement : "Vous pouvez maintenant accomplir votre tâche."

Pour la deuxième fois, le Báb et son jeune compagnon furent donc conduits devant le peloton d’exécution. Les soldats arméniens refusant de tirer une seconde fois, on confia la tâche à des tireurs musulmans. Cette fois, les corps des deux hommes s’effondrèrent.

Tombeau du Bab - Haifa

Le Mausolée du Báb se trouve sur les pentes du Mont Carmel à Haïfa en Israël.

Ce Mausolée, est considéré par les bahá’ís comme un des lieux les plus saints sur la terre, au même titre que l’endroit sacré où repose Bahá’u’lláh, situé juste à côté de Saint Jean d’Acre au Nord d’Haïfa.