Les Baha’is de Chambéry

Categories

Accueil > Actualités > Les actus du monde > Lettre ouverte pour la Paix

1er octobre 2016
Baha’i Chambéry

Lettre ouverte pour la Paix

La communauté bahá’íe de Colombie a publié fin septembre - juste avant la signature d’un accord de paix entre le gouvernement colombien et le mouvement FARC-EP, le 26 septembre - une lettre ouverte faisant appel à tous les Colombiens pour qu’ils saisissent une « occasion historique » et travaillent pour la paix.

Cette déclaration s’intitule La Paz, mas alla de un acuerdo politico qui se traduit par La paix, au-delà d’un accord politique. Elle a été publiée juste avant la prochaine signature d’un accord de paix .
Après plus de cinquante ans de violence cet accord est d’une grande importance sur le chemin de la paix en Colombie.

La lettre de la communauté bahá’íe salue les négociations de paix, tout en reconnaissant que le travail acharné de la construction d’une société juste et harmonieuse reste à venir. Elle constitue une reconnaissance de la possibilité maintenant offerte aux Colombiens de forger de nouveaux modes d’action et de pensées.

« Les yeux du monde sont fixés sur la Colombie, dit la déclaration. Puissions-nous nous lever pour fournir un modèle qui va inspirer et édifier les cœurs de nos frères humains à travers la planète. »

Des classes pour le développement moral et intellectuel des jeunes ont été un élément de la contribution de la communauté bahá’íe au bien-être et à la paix dans la société colombienne.

Au fil des décennies, la communauté bahá’íe colombienne a fait la promotion d’une culture de coexistence pacifique empreinte de sens dans de nombreuses régions du pays grâce à des processus éducatifs qui visent à responsabiliser les enfants, les jeunes et les adultes pour promouvoir le bien-être et l’unité de leurs communautés.

« Nous avons vu que des actes de service petits et volontaires peuvent produire des changements profonds et durables chez les enfants, dans les familles et dans leurs quartiers », explique Ximena Osorio, un représentant de la communauté bahá’íe colombienne. « Chaque individu a le potentiel de devenir un agent actif du changement social et de contribuer à la construction d’une société pacifique. »

La lettre ouverte met cependant en garde : « Notre paix est, en un mot, fragile. Elle exige un niveau d’intégrité pour s’élever au-dessus du débat polarisé, pour revenir à des principes plus élevés auxquels toutes les sociétés aspirent, à ce terrain d’entente qui est le fondement du consensus... Mais au-delà des mots, la participation peut peut-être trouver son expression la plus puissante dans les faits, dans la floraison, à travers tout le pays, d’innombrables actes de service volontaires qui imprègnent notre société avec un nouvel esprit d’espoir pour l’avenir de la Colombie. »

En savoir plus