Les Baha’is de Chambéry

Categories

Accueil > Actualités > Les actus du monde > Des parlementaires européens demandent la libération des Yaran

27 mai 2015
Baha’i Chambéry

Des parlementaires européens demandent la libération des Yaran

Se joignant aux nombreuses voix notamment celle de Nasrin Sotoudeh, une éminente avocate des droits de l’homme en Iran, ainsi que de l’extérieur, cinq membres du Parlement européen lancent un appel à la libérationdes sept anciens responsables bahá’ís iraniens emprisonnés, en affirmant notamment qu’une telle persécution religieuse est injuste et inacceptable.

Ces cinq députés – Cornelia Ernst d’Allemagne, Ana Gomes du Portugal, Tunne Kelam d’Estonie, Andrew Lewer et Julie Ward du Royaume-Uni – ont fait des déclarations vidéos individuelles dans le cadre d’une campagne mondiale destinée à attirer l’attention ce mois-ci sur le septième anniversaire de l’arrestation et de l’emprisonnement des sept bahá’ís, collectivement connus sous le nom de Yaran, ce qui signifie les amis.
Les déclarations peuvent être consultés ici sur ce lien

« Nous nous joignons à cet appel pour leur libération immédiate et inconditionnelle, a déclaré M. Kelam, car aucun pays ne peut prétendre que ses citoyens jouissent de conditions normales quand une partie de ceux-ci – toute une minorité – est systémiquement et si cruellement persécutée. »

Mme Gomes a déclaré : « Il est vraiment tout à fait inacceptable que ces citoyens iraniens, qui ne veulent rien d’autre que servir effectivement leur pays, leur peuple, au service des enseignements très pacifiques de la foi bahá’íe, soient en prison et aient été inculpés sur la base d’accusations qui sont totalement sans fondement. »

Mme Ward a indiqué qu’il est « très difficile de comprendre pourquoi le régime iranien est si agressif et si cruel » envers ses citoyens bahá’ís qui représentent une foi de « paix, d’humanité, d’égalité des sexes et d’équité ».

M.Lewer déclaré que l’Iran devrait être tenu pour responsable de ses violations des droits l’homme en général et en particulier pour sa persécution des bahá’ís.
« Alors que, pour le moment, l’attention est centrée sur l’Iran à cause des pourparlers sur le nucléaire, je pense qu’il est important que ces questions ne soient pas négligées. Les droits de l’homme et la liberté religieuse doivent rester quelque chose pour lequel nous restons préoccupés, alors même que nous faisons peut-être des progrès avec l’Iran dans d’autres domaines », a t’il expliqué.

Mme Ernst a précisé : « Nous sommes strictement contre le fait que des individus tels que les bahá’ís soient emprisonnés parce qu’ils parlent en faveur du droit à l’éducation ou parce qu’ils soutiennent le droit de pratiquer leur religion. C’est quelque chose qui est absolument inacceptable. »

Rachel Bayani, la représentante du bureau régional de la Communauté internationale bahá’íe auprès de l’Union européenne, a déclaré que ces vidéos reflètent les préoccupations du Parlement européen au sujet du traitement des bahá’ís par l’Iran.
« Ces déclarations sont une expression très forte de la solidarité des représentants des peuples de l’Europe avec le peuple d’Iran », a déclaré Mme Bayani.

Une déclaration de Nasrin Sotoudeh pour le septième anniversaire de l’emprisonnement injustifié des anciens membres des Yaran est également disponible. Mme Sotoudeh a été elle-même emprisonnée en Iran avec les femmes bahá’íes qui font partie des sept responsables actuellement emprisonnés. Sa déclaration en vidéo est disponible ici sur ce lien

En 2010, les sept responsables, Fariba Kamalabadi, Jamaloddin Khanjani, Afif Naeimi, Saeid Rezaie, Mahvash Sabet, Behrouz Tavakkoli et Vahid Tizfahm, ont été jugés et injustement condamnés pour espionnage et propagande contre le régime, entre autres fausses accusations. Ils ont été condamnés à 20 ans de prison, la plus longue peine de tous les prisonniers de conscience actuels en Iran.